Archive: fév 2014

  1. Tes mots

    Le drap de la princesse / A Sheet for the Princess

    Le drap de la princesse / A Sheet for the Princess
    30″ x 40″ Acrylique sur toile. 2009

    Les mots un jour,
    Sur ta bouche,
    Les mots un jour,
    Sur ta langue,
    Jamais n’expriment,
    Ton âme qui danse,
    Tu as beau les tourner dans tous les sens,
    Les supplier de t’étendre,
    Ils te font grincer des dents,
    Toute ta fureur est étouffante,
    Comme un brasier dans la gorge,
    Les mots ne peuvent sortir,
    Pour exprimer l’effroi,
    Ils se coagulent comme du sang séché,
    De tes larmes broyées, enfoncées, ravalées,
    Quand arriveras-tu à danser ta liberté ?
    Quand décideras-tu de danser avec fierté ?
    Vois-tu que ce n’est qu’un choix ?
    Vois-tu ton sourire se manifester ?
    Devant cette possibilité,
    Devant le choix qui t’appartient,
    Choisi donc !
    Les mots sur ta bouche,
    Choisi donc !
    Les mots sur ta langue,
    Choisi donc !
    Les mots d’un jour,
    Choisi donc !
    Le jour où tu jouis,
    De tant de choix,
    Devant toi,
    Exprime-toi et danse,
    Soyeuse est ta bouche,
    Vivifiante est ta langue,
    Tes mots sont la totalité d’un jour,
    Joyeux est ton sexe,
    Quand tes mots sont plein d’amour,
    Tu n’as qu’à faire le choix,
    Celui de tes mots

    Wart 2014

  2. TON REGARD

    99.Ton essence

     
    Ton Essence/ Your Essence
    Acrylique sur toile
    24’’ x 36 ‘’

    Comme les cieux sont immenses dans ton regard qui dénude mon âme,
    J’aspire à te connaitre profondément car en toi je me rencontre infiniment,
    Tu tressaillis au moindre effleurement de mes mains sur ta peau,
    Tu vibres et virevoltes comme une feuille que le vent arrache de l’arbre puissant,
    Ton sang est si chaud et ta peau si humectée que je m’abreuve comme un Roi à ta source,
    Ton liquide me transporte dans les rivières qui mènent aux océans imperceptibles de raffinements,

    Tu es Sauvage,
    Je suis Sauvage,
    Nous Sommes Divins!

    Wart, février 2012

     

  3. Derrière toi

    15.Le noir n'est pas la mort

    Le noir n’est pas la mort / Black is not Death
    48″ x 84″ Acrylique sur toile. 1996

    Je t’accompagne,
    Partout où tu vas,
    Je marche toujours derrière toi,
    Je suis ton appel,
    À d’autres dimensions informelles,

    Je suis la mort,
    Qui te fait vivre,

    Je suis la joie,
    Qui te fait pleurer,

    Je suis la haine,
    Qui te fait aimer,

    Je suis celle,
    Que tu ne crois pas être,

    Je suis ton ouverture,
    Dans ta fermeture,

    Je t’encense,
    Car je suis la seule,

    Qui croit,
    En toi.

     

    Wart, 20 mars 2013

     

  4. Liberté

    105.Joie maritime
    Joie maritime / Joyful Seaside
    Acrylique sur toile
    20’’ x 24’’

    Je pleure ou je ris
    Je m’ancre ou m’envole

    Mourir à soi
    Pour renaître
    À tout

    En cette époque turbulente
    Jamais n’aura été aussi difficile
    D’accepter et de prendre sa liberté

    Wart, 2013

  5. La marche dans le désert

    La marche dans le désert/ Walk in the DesertLa marche dans le désert/ Walk in the Desert
    Acrylique sur toile
    40’’ x 36’’

    La marche dans le désert

    Seul,
    Je suis seul,
    Le temps est enfin venu,
    D’être seul
    Seul, je suis vide,
    Et seul, je suis plein,
    Comme jamais auparavant,
    La peur d’être seul,
    C’est envolé loin, loin, loin…
    Que je l’ai oublié,
    Le bonheur extérieur,
    S’en est allé,
    Dans un océan de blé,
    Pour ne laisser qu’un vague souvenir,
    Des bruits cinglants, abrutissants,
    Fracassants ma tête continuellement,
    À coup de slogans, de désirs périssables, passés date,
    Toujours plus oppressants et agressants,
    Comme si je n’étais qu’une denrée à consommer,
    À jeter après usage,
    Seul,
    Je suis seul,
    Le vide est plein,
    Et le plein est vide,
    Plus personne ne peut me nourrir,
    Je suis ma propre nourriture,
    Je déguste l’essence même,
    De qui je suis,
    Voilà un bon repas,
    Tout de silence reclus,
    Dans la caverne de mon cœur,
    J’observe le feu du magma,
    Et je peux apercevoir,
    L’humanité s’élever,
    Ou s’engloutir,
    Dans un festin décadent,
    Où chacun meurt,
    De sa propre déception,
    Fugace moment d’agonie,
    Ou la responsabilité,
    N’a pas été prise,
    Créant l’ironie,
    D’un univers fini !

    Je ne suis personne,
    Et c’est extra !

  6. Humanité

    93.Humanité
    Humanité / Mankind
    Acrylique sur toile. 2012

    En somme, ensemble nous sommes

    Je suis une ombre virtuelle
    Qui n’existe
    Que parce que tu existes
    Sans toi
    L’ombre que je suis
    Disparaît
    Ta lumière me permet d’Être
    Être, une ombre parfaite
    Et l’ombre que je suis
    Se projette à l’infini
    L’infini où tu es en ce moment
    Le web n’est qu’un prétexte
    Qui rend la conscience tangible
    Je ne suis plus seul
    Dans mon salon
    Le samedi soir
    Et tous les autres soirs
    Ta conscience a toujours été là
    Et avec aplomb
    Il n’y a plus besoin de raisons
    Je sais qu’à travers l’histoire maintenant
    Je peux regarder derrière ou devant
    Je sais que nous transmuons dorénavant
    En somme,
    Ensemble nous sommes
    La naissance d’un peuple
    D’une nation
    D’une Humanité
    Celle des Femmes et des Hommes
    Enfin retrouvés.

    Wart, 27 octobre 2012

  7. Le Cordon

    L'arbre de vie

    L’arbre de vie / Tree of life
    48″ x 72″ Acrylique sur toile. 1999

    Le Cordon

    Ah quel bonheur!

    J’ai enfin coupé la tête de ma mère
    Et elle me sourit à pleines dents

    J’ai dépecé mon père
    De ma lame affutée

    Il rit d’extase
    Sarcastique
    Et son odeur de vieux tabac
    Flotte dans l’air
    Comme une flamme éternelle

    Je peux enfin naître de mes entrailles
    Putréfiées par tant d’années d’amertume
    De souffrances débiles
    De sexualité névrosée

    Peur sur peur
    Dans un tourbillon d’incompréhension
    Tout ça pour une supposée morale
    Rentrée dans mon cerveau
    À coup de pic, de pelle
    Et de sacro Saintes Illusions

    Abus, Inceste, Viol
    Amour caché
    Violence pour dépravés

    Le Secret : cacher la vérité

    La joie éclate partout
    Comme un feu d’artifice
    La danse commence
    Comme un éclair
    Qui fend l’arbre
    Là sous mes yeux
    Un arbre enraciné profondément
    Étendant ses branches jusqu’au ciel azuré

    Le temps n’est rien devant soi
    Il l’est encore moins derrière soi
    La présence de ce qui Est
    Remplace toute cette merde
    Qui m’éclaboussait à pleine gueule

    Les océans de larmes
    N’ont pas su éteindre la flamme ardente
    Qui brûle depuis la nuit des temps

    Le rire et l’humour font place
    Aux sarcasmes, aux médisances
    Aux griffes charnues qui grattent jusqu’à l’os
    Laissant d’impénétrables sillons
    Emplis de gravier et de bitumes argent
    Grisés de folie

    La réalité
    N’a jamais été aussi belle

    Les yeux grands ouverts
    Dans ce dédale infâme
    Manifestement grandiose.

    Wart, 20 avril 2013