Archive: août 2013

  1. En somme, ensemble nous sommes.

    Ombre

    Je suis une ombre virtuelle
    Qui n’existe
    Que parce que tu existes
    Sans toi
    L’ombre que je suis
    Disparaît
    Ta lumière me permet d’Être
    Être, une ombre parfaite
    Et l’ombre que je suis
    Se projette à l’infini
    L’infini où tu es en ce moment
    Le web n’est qu’un prétexte
    Qui rend la conscience tangible
    Je ne suis plus seul
    Dans mon salon
    Le samedi soir
    Et tous les autres soirs
    Ta conscience a toujours été là
    Et avec aplomb
    Il n’y a plus besoin de raisons
    Je sais qu’à travers l’histoire maintenant
    Je peux regarder derrière ou devant
    Je sais que nous transmuons dorénavant
    En somme,
    Ensemble nous sommes
    La naissance d’un peuple
    D’une nation
    D’une Humanité
    Celle des Femmes et des Hommes
    Enfin retrouvés.

    Wart, 27 octobre 2012
    monument-national

  2. Personne

    Photo on 2011-01-30 at 20.49Personne

    Seul,
    Je suis seul,
    Le temps est enfin venu,
    D’être seul,
    Seul, je suis vide,
    Et seul, je suis plein,
    Comme jamais auparavant,
    La peur d’être seul,
    C’est envolé loin, loin, loin…
    Que je l’ai oublié,
    Le bonheur extérieur,
    S’en est allé,
    Dans un océan de blé,
    Pour ne laisser qu’un vague souvenir,
    Des bruits cinglants, abrutissants,
    Fracassants ma tête continuellement,
    À coup de slogans, de désirs périssables, passés date,
    Toujours plus oppressants et agressants,
    Comme si je n’étais qu’une denrée à consommer,
    À jeter après usage,
    Seul,
    Je suis seul,
    Le vide est plein,
    Et le plein est vide,
    Plus personne ne peut me nourrir,
    Je suis ma propre nourriture,
    Je déguste l’essence même,
    De qui je suis,
    Voilà un bon repas,
    Tout de silence reclus,
    Dans la caverne de mon cœur,
    J’observe le feu du magma,
    Et je peux apercevoir,
    L’humanité s’élever,
    Ou s’engloutir,
    Dans un festin décadent,
    Où chacun meurt,
    De sa propre déception,
    Fugace moment d’agonie,
    Ou la responsabilité,
    N’a pas été prise,
    Créant l’ironie,
    D’un univers fini !

    Je ne suis personne,
    Et c’est extra !